Mark@gement

un management humaniste tendu vers les clients

Complexité

Le processus vital partant de la matière inerte vers la vie humaine présente une étonnante faculté de redémarrer avec une vigueur renouvelée chaque fois qu'un cataclysme a fait disparaître une large proportion des espèces d'alors. Cette irrésistible pulsion élabore au fil de millions d'années des ensembles de plus-en-plus complexes qui s'accompagnent de propriétés de plus-en-plus sophistiquées et inattendues : je lui ai donné le nom de "vitaforce".

En fait, cette évolution de la vie permet d'en distinguer deux facettes de cette vitaforce :

  • La première est purement matérielle qui, par application des lois de la physico-chimie qui attirent les particules entre elles, conduit à élaborer des agglomérats de plus en plus complexes.Cette aptitude à élaborer des structures autonomes dotées de métabolismes de plus-en-plus sophistiqués, étudiés par la biologie, traduit un élan fondamental que j'attribue à une force baptisée "vitabio" source  de la biosphère.
    C'est elle qui relance sans cesse le grouillement de la vie malgré tout ses aléas.


    Lorsque l'on arrive au stade des molécules qui peuvent se refermer sur elles mêmes en créant un espace clos par une membrane, couplées avec celles qui sont capables de se dédoubler en générant un clone, on constate l'apparition de la vie qui se répend en formant la biosphère.
    Elle se caractérise par sa capacité à maintenir son architecture en puisant matière et énergie son environnement pour renouveler ses composants et générer un semblable. Ces structures arrivent à perdurer individuellement un temps mais finissent par s'effondrer : leur mort.

  • La deuxième est de nature difficile à définir sauf à dire qu'elle est de plus en plus mentale. Il s'agit de l'apparition, essentiellement dans le monde animal, de propriétés pour lesquels la biologie, exploitant les lois de la physique, peut identifier des mécanismes conjoints (électriques dans les neurones ou physiologiques comme rougeur voire accélération du rythme cardiaque), mais ne sait prendre en compte certains des phénomènes qui les accompagnent.

    Il s'agit du surgissement, au fil de l'évolution, de phénomènes immatériels comme la sensibilité puis des émotions suivies des sentiments enfin de la conscience jusqu'à la pensée réflexive chez l'homme. Cette gradation vers plus de personnification de l'individu relève d'une tendance que je dénomme "vitaperso" générant la noosphère: elle ne semble pas relever de la seule matière, mais il y a simultanéité …

Autrement dit, j'ai l'impression que les réactions réflexes (vitabio) doivent pouvoir s'expliquer par la mise en œuvre des règles du modèle standard et de la relativité (réarrangements moléculaires générant une architecture nouvelle de complexité augmentée par apport d'énergie et/ou d'atomes puisés dans l'environnement).

Par contre, je ne perçois aucun lien explicatif entre ces théories fondamentales et les phénomènes vitaperso qui ne sont pas de nature matérielle. Il est vrai que l'énergie noire ou l'antimatière ne sont pas moins mystérieux …

Cette vitaforce va-t-elle forcer l'évolution vitabio à continuer son expansion ? Va-t-elle faire jaillir une nouvelle vitaperso ? Une vitaspir correspondant à l'humanisation de l'humanité par l'amorisation.

La plus grande complexité de l'intelligence collective, de la mondialisation ou d'une évolution du sapiens vers une nouvelle espèce sera-t-elle le déclencheur ?

Mkgt logo